maladie rénale / kidney disease

Le diabète, la recherche et l'accompagnement.

Diabetes, Research and Support

CAUSES

Le diabète et l’hypertension, causes d’insuffisance rénale

 

Une maladie en nette augmentation

 

Le nombre de patients présentant des troubles rénaux aigus est en augmentation ces dernières années. Cette tendance est liée à l’augmentation de certaines maladies chroniques qui peuvent être responsables d’une insuffisance rénale. Parmi ces maladies, le diabète et l’hypertension forment le peloton de tête en rendant compte ensemble de 50 à 60% des cas d’insuffisance rénale terminale. Ces dernières années, d’autres causes d’insuffisance rénale ont émergé, comme les maladies rénales associées à une insuffisance cardiaque ou une maladie des grands et moyens vaisseaux (syndrome cardio-rénal et néphropathies vasculaires). Leur fréquence est en nette augmentation.

 

Il existe de nombreuses autres causes probables de l’insuffisance rénale. Dans des cas rares, certaines maladies héréditaires peuvent être impliquées. Mais dans 10 à 15% des cas, aucune cause d’insuffisance rénale ne peut être déterminée.

 

La microalbuminurie: un signe précoce

 

Environ 25% des patients contraints de suivre une dialyse sont diabétiques. L’atteinte rénale causée par le diabète est due à une détérioration des petits vaisseaux au sein des glomérules. Cette maladie est appelée néphropathie diabétique. Les signes d’atteinte des reins doivent être activement recherchés en cas de diabète. Un des marqueurs les plus intéressants et les plus précoces est la microalbuminurie. Il s’agit de la présence de très faibles quantités de protéines dans l’urine (30 à 299 mg d’albumine par 24 heures).

 

Le contrôle strict de la pression artérielle

 

Les reins jouent un rôle important dans la régulation de la tension artérielle car ce sont eux qui gèrent la teneur en sel et l’équilibre hydrique du corps. Une maladie rénale peut donc conduire à l’apparition d’une hypertension. La pression artérielle élevée est nocive pour les reins et va aggraver l’insuffisance rénale: il s’installe alors un cercle vicieux. C’est pour briser ce cercle vicieux que l’on recommande un contrôle strict de la pression artérielle (< 130/85 mm Hg) chez les patients insuffisants rénaux. Ce contrôle strict a pour but de protéger les reins mais aussi de réduire le risque de complications cardiovasculaires.

 

Écrit par Dr Peter Mareen

 

Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.

 

 

Hypertension, insuffisance rénale, tueurs silencieux

le 02/03/2009

 

Les maladies du rein sont ignorées du public et diagnostiquées tardivement. Elles frappent un nombre croissant de personnes en France et dans le monde.

Certaines affections se développent insidieusement et induisent des lésions microscopiques, sans bruit, sans symptôme pendant des années. Brutalement, lorsque les troubles apparaissent, il est trop tard. C'est le cas de l'hypertension artérielle capable d'évoluer à bas bruit pendant des décennies, sans être diagnostiquée ou traitée. Quasiment du jour au lendemain, une insuffisance rénale terminale apparaît : la personne est épuisée, souffre éventuellement de différents troubles, notamment neurologiques.

 

Un bilan biologique permet de diagnostiquer l'insuffisance rénale chronique terminale. À ce stade-là, il n'y a plus d'autres choix que la dialyse ou la transplantation. Environ 30 % des personnes atteintes d'insuffisance rénale terminale ont découvert leur maladie dans le cadre de l'urgence.

Lundi, à l'occasion de la présentation de la journée mondiale du rein le 12 mars prochain (voir encadré), le professeur Éric Rondeau (hôpital Tenon, Paris) et toute l'équipe d'experts de la Fondation du rein ont mis en exergue le rôle majeur de l'hypertension artérielle dans la genèse de l'insuffisance rénale. Ils ont affirmé en particulier qu'un dépistage régulier de l'insuffisance rénale chez les personnes à risque (hypertendues, diabétiques, ayant des antécédents familiaux de maladies rénales…) associé à un traitement précoce permet d'éviter cette maladie du rein ou de la retarder. En France, 35 000 personnes ont besoin d'une dialyse rénale et 25 000 autres vivent avec une greffe de rein.

 

Avec le diabète auquel elle est souvent associée, l'hypertension artérielle est une des principales causes d'insuffisance rénale. En France, 7 millions de personnes sont hypertendues, la moitié seulement suit un traitement et seulement 35 % de celles qui sont traitées ont un niveau tensionnel correctement équilibré. L'hypertension est connue pour être un facteur de risque cardio-vasculaire. Son impact sur le rein est largement ignoré par la population. Il existe semble-t-il une sensibilité individuelle du rein à l'hypertension. Tous les hypertendus ne souffrent pas d'insuffisance rénale.

 

Dépistage

L'hypertension aboutit chez certaines personnes ayant une susceptibilité génétique particulière, à créer une néphroangiosclérose progressive : les vaisseaux sanguins sont préférentiellement touchés par une sclérose. Cette néphroangiosclérose est plus fréquente chez les personnes âgées, mais s'observe parfois - rarement - avant l'âge de 30 ans. « Le traitement médical de l'hypertension, s'il est bien suivi et s'il est efficace sur le contrôle de la pression artérielle, permet de prévenir la survenue des complications cérébrales et cardiovasculaires, mais aussi des complications chroniques et notamment l'insuffisance rénale chronique », assure le Pr Éric Rondeau.

 

Tous les facteurs permettant de contrôler la tension artérielle réduisent aussi le risque d'insuffisance rénale. Il s'agit des médicaments. Mais pas seulement. Une perte de poids de 5 kg diminue le niveau de tension, tout comme la pratique d'un exercice physique régulier et la réduction de la consommation d'alcool et de sel.

 

Faut-il faire un dépistage systématique de l'insuffisance rénale par des examens biologiques réguliers ? Sans doute pas, affirment les experts, mais il faut s'intéresser plus particulièrement aux populations à risque élevé. En octobre dernier, la Fondation du rein, avec le concours de laboratoires d'analyses publics et privés, a lancé une semaine de dépistage de l'insuffisance rénale. Plus de 9 000 personnes y ont participé. L'analyse des résultats sera bientôt publiée.

 

En France, 35 000 personnes souffrent d'une insuffisance rénale qui nécessite une dialyse.

SiteLock