BISPHENOL-A. OBESITE, DIABETE / BISPHENOL A. OBESITY, DIABETES

Le diabète, la recherche et l'accompagnement.

Diabetes, Research and Support

29/10/2016 La Recherche No comments

 

BISPHENOL-A. OBESITE, DIABETE

 

Le BISPHENOL-A (BPA) est une substance chimique utilisée dans la fabrication de plastiques et de résines. On en trouve aussi dans les tickets de caisse de supermarchés. Cela pourrait expliquer beaucoup de choses.

 

•Le bisphénol-A (BPA)

 

Le BPA est utilisé dans la production de bouteilles en plastique (polycarbonate) et des récipients alimentaires, ainsi que dans les résines époxy qui servent au revêtement des boîtes de conserve métalliques et des canettes de soda ou de bière.

 

Le Bisphénole-A qui fuite dans les aliments et les boissons est la principale exposition pour nous humains. Il a été détecté dans plus de 90% des analyses d’urine humaine, indiquant en cela, une exposition quasi permanente. L’ingestion de BPA est rapidement absorbée dans le foie et est excrété dans l’urine dans les 24 h.

Les chercheurs ont trouvé un lien entre les produits chimiques qui se mélangent avec nos hormones tels que le bisphénol A (BPA) et les phtalates, avec les deux plus grandes menaces pour la santé publique auxquels sont confrontés actuellement la société : le diabète de type 2 et l’obésité.

 

•Des perturbateurs endocriniens

 

Ces produits chimiques sont connus comme les produits chimiques perturbateurs du système endocrinien (PSE) et l’ont retrouvé dans un tas d’objets que nous touchons tous les jours, comme les pesticides, les boîtes de conserve, les cosmétiques, les reçus de caisse enregistreuse, et même du vin. « Les produits chimiques sont si fréquents que toutes les personnes sur Terre ont déjà été exposées à plusieurs reprises », explique la Société américaine d’endocrinologie explique.

Les perturbateurs endocriniens interfèrent dans notre corps en imitant ou en ayant une action avec les hormones. Parce que les hormones sont importantes pour régler notre physiologie, cela peut changer la façon dont nos cellules se développent et réagissent. Cela peut aussi avoir un impact sur la plupart de nos fonctions biologiques, telles que manger, dormir ou se reproduire.

 

Mais dans un rapport publié par la Société américaine d’endocrinologie, de nouvelles preuves à la fois chez les humains et les modèles animaux suggèrent que l’exposition aux produits chimiques peut également contribuer à un risque accru de diabète et d’obésité.

 

•Les études nouvelles

 

Cette nouvelle preuve comprend une étude épidémiologique à long terme qui a montré que les gens qui sont exposés à des perturbateurs endocriniens sont plus susceptibles de développer l’obésité et le diabète de type 2. Cette publication a également présenté un nombre croissant de preuves que l’exposition aux perturbateurs endocriniens agit sur l’infertilité, les cancers liés aux hormones, et les problèmes neurologiques.

« C’est la preuve irréfutable que ces produits chimiques perturbent les hormones d’une manière qui nuit à la santé humaine », a déclaré Andrea C. Gore, pharmacien à l’Université d’Austin au Texas et président du groupe de travail de l’Endocrine Society. « Des centaines d’études pointent à la même conclusion, les études épidémiologiques à long terme dans la recherche fondamentale humaine ou chez les animaux, voir la recherche sur les groupes de personnes ayant une exposition professionnelle connue à des produits chimiques spécifiques, donnent les mêmes résultats ».

Les données indiquent que le risque est particulièrement élevé pour les enfants à naître qui sont déjà exposés dans l’utérus. Dans des études animales, des chercheurs ont constaté que ce type d’exposition provoque l’obésité plus tard dans la vie, et peut également affecter les cellules alpha et bêta du pancréas, les cellules adipeuses et les cellules hépatiques, ce qui peut conduire à une résistance à l’insuline.

« Lorsque vous mangez quelque chose qui contient du bisphénol A, il indique à vos organes, il donne des indications erronées à vos organes », dit Ange Nadal, un expert du Bisphénol A à l’Université Miguel Hernandez en Espagne.

Les dernières recherches de Nadal, publié récemment dans la revue PLoS ONE, constate que le produit chimique déclenche la libération de presque le double d’insuline effectivement nécessaire pour décomposer les aliments. Des niveaux élevés d’insuline peuvent désensibiliser le corps à l’hormone au fil du temps, ce qui, chez certaines personnes peut alors conduire à un gain de poids et au diabète de type 2.

 

On estime que 90 % des personnes dans les pays développés ont du BPA circulant dans le sang à des niveaux souvent plus élevés que le seuil provoquant la perturbation des hormones utilisées (étude de Nadal). Cette incidence élevée est due non seulement à des expositions de lessivage des denrées alimentaires, mais aussi au BPA infusé, reçus de caisse enregistreuse, des implants dentaires voir même du papier toilette

 

Il n’y a pas lieu de paniquer pour l’instant, la Food and Drug Administration (USA) rassure les consommateurs que les niveaux de BPA trouvés dans les contenants alimentaires et de les emballages sont sûr. Et jusqu’à présent, les chercheurs n’ont pas réussi à montrer exactement comment les perturbateurs endocriniens déclenchent le diabète de type 2 et l’obésité chez l’homme. Sans doute qu’ils ne lisent pas les études scientifiques publiées à ce jour.

 

•BISPHENOL-A : Obésité et Diabète

 

Mais l’Endocrine Society soutient qu’il y a suffisamment de preuves pour suggérer leur participation à l’augmentation des cas d’obésités et de diabètes pour justifier une action. Actuellement, environ 35 % des adultes américains sont obèses et plus de 29 millions de personnes aux États-Unis sont diabétiques. Ce chiffre est en constante augmentation pas seulement aux USA mais aussi dans le reste du monde.

 

« Il est clair que nous devons prendre des mesures pour réduire davantage cette exposition, » a dit Gore. « Avec plus de produits chimiques introduits dans le marché tout le temps, les tests de sécurité deviennent de plus en plus indispensables pour identifier ces nouveaux perturbateurs et assurer qu’ils sont tenus à l’ écart des produits ménagers. »

Ils réclament également des recherches supplémentaires sur les relations de cause à effet entre l’exposition à ces produits et les conditions de santé et demande une meilleure éducation du public sur les risques. Ils ont un argument assez convaincant. Vous pouvez lire la déclaration vous-même sur Endocrine Reviews.

 

Une équipe chinoise vient de mettre en évidence, sur près de 3400 patients, que le BPA favorisait l’obésité générale, l’obésité abdominale et la résistance à l’insuline, trois facteurs qui participent à l’apparition du diabète de type 2.

 

(Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism. Fév 2012;97(2):E223-7.

Urinary Bisphenol A (BPA) Concentration Associates with Obesity and Insulin Resistance. Wang T, Li M, Chen B, Xu M, Xu Y, Huang Y, Lu J, Chen Y, Wang W, Li X, Liu Y, Bi Y, Lai S, Ning G.)

 

Patrick Rossi

 

29/10/2016 Research No comments

 

BISPHENOL A. OBESITY, DIABETES

The BISPHENOL-A (BPA) is a chemical used in making plastics and resins. It is also found in the supermarket receipts. This could explain a lot.

 

• Bisphenol A (BPA)

 

BPA is used in the production of plastic bottles (polycarbonate) and food containers, as well as in epoxy resins used for the coating of metal cans and cans of soda or beer.

The bisphenol-A that leak in foods and beverages is the main exhibition for us humans. It was detected in 90% of human urine, indicating in this, an almost permanent exhibition. The ingestion of BPA is rapidly absorbed in the liver and is excreted in the urine within 24 hours.

The researchers found a link between the chemicals that mix with our hormones such as bisphenol A (BPA) and phthalates, with the two greatest threats to public health currently facing society: type 2 diabetes and obesity.

 

• Endocrine disruptors

 

These chemicals are known as endocrine disrupting chemicals (EDCs) and found him in a lot of things we touch every day, such as pesticides, food cans, cosmetics, cash register receipts register, and even wine. "Chemicals are so common that all people on Earth have already been exposed on several occasions," says the American Society of Endocrinology says.

Endocrine disruptors interfere in our body by mimicking or having an action with hormones. Because the hormones are important to regulate our physiology, it can change the way our cells grow and react. This can also have an impact on most of our biological functions, such as eating, sleeping or reproduce.

 

But in a report published by the American Society of Endocrinology, new evidence in both humans and animal models suggest that exposure to chemicals can also contribute to an increased risk of diabetes and obesity.

 

• New studies

 

This new evidence includes a long term epidemiological study that showed that people who are exposed to endocrine disruptors are more likely to develop obesity and type 2 diabetes This publication also presented a growing body of evidence that exposure to endocrine disruptors is on infertility, hormone-related cancers, and neurological problems.

 

"This is proof that these chemicals disrupt hormones in a way that harms human health," said Andrea C. Gore, pharmacist at the University of Texas at Austin and chair of the working group the Endocrine Society. "Hundreds of studies point to the same conclusion, long term epidemiological studies in human or basic research in animals, see the research groups with a known occupational exposure to specific chemicals, give the same results. "

 

The data indicate that the risk is particularly high for unborn children who are already exposed in the womb. In animal studies, researchers have found that such exposure causes obesity later in life, and can also affect the alpha and beta cells of the pancreas, fat cells and liver cells, which can lead to insulin resistance.

 

"When you eat something that contains bisphenol A, it tells your organs, it gives wrong information to your organs," says Angel Nadal, an expert of Bisphenol A in Miguel Hernandez University in Spain.

The latest research from Nadal, recently published in the journal PLoS ONE, found that the chemical triggers the release of almost double the insulin actually needed to break down food. High insulin levels may desensitize the body to the hormone over time, which in some people can then lead to weight gain and type 2 diabetes.

 

An estimated 90% of people in developed countries have BPA in the blood at levels often higher than the threshold causing the disruption of hormones used (Nadal study). This high incidence is due not only to foodstuffs leaching exhibitions, but also infused BPA, cash register receipts, dental implants or even toilet paper

There is no need to panic for the moment, the Food and Drug Administration (USA) reassures consumers that BPA levels found in food containers and packaging are safe. And until now, researchers have not managed to show exactly how EDCs trigger type 2 diabetes and obesity in humans. Probably they do not read scientific studies published to date.

 

• BISPHENOL-A: Obesity and Diabetes

 

But the Endocrine Society argues that there is enough evidence to suggest their involvement in the increase in cases of obesity and diabetes to warrant action. Currently, about 35% of American adults are obese and more than 29 million people in the US have diabetes. This figure is increasing not only in the USA but also in the world.

"It is clear that we must take steps to further reduce this exposure," said Gore. "With more chemicals introduced into the market all the time, safety tests are becoming increasingly essential to identify these new disruptive and ensure that they are kept away from household products. "

 

They also call for further research on the causal relationships between exposure to these products and the conditions of health and calls for better public education on the risks. They have a pretty compelling argument. You can read the statement yourself on Endocrine Reviews.

 

A Chinese team has just highlight, nearly 3400 patients, that BPA favored general obesity, abdominal obesity and insulin resistance, three factors involved in the onset of type 2 diabetes.

 

. (The Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism in February 2012; 97 (2): E223-7.

Urinary Bisphenol A (BPA) Concentration Associates with Obesity and Insulin Resistance. Wang T, Li M, Chen B, Xu M, Xu Y, Huang Y, Lu J, Chen Y, Wang W, X Li, Liu Y, Bi Y, S Lai Ning G.)

 

Patrick Rossi

 

SiteLock