Diabète et Obésité / Diabetes and Obesity

Le diabète, la recherche et l'accompagnement.

Diabetes, Research and Support

Des gènes contre l’obésité et le diabète ?

Selon une enquête américaine, la prédisposition à l’obésité ou au surpoids pourrait être différente selon l’origine ethnique. L’étude suggère que les hommes ayant hérité d’un génome issu des populations d’Afrique de l’Ouest bénéficieraient d’une protection contre l’obésité et le diabète de type 2.

 

Uniquement chez les hommes

 

Depuis des années, l’obésité a atteint le stade épidémique aux États-Unis. Mais des disparités fortes existent entre le continent d’origine des individus. Parmi les femmes américaines, le surpoids ou l’obésité atteindraient préférentiellement les personnes d’origine africaine, que d’origine hispanique ou européenne. Mais chez les hommes, la tendance est inversée : les hommes d’origine hispanique sont les plus concernés par le surpoids et l’obésité, suivie de près par les hommes d’origine européenne, avec des Afro-américains moins touchés.

 

Ces proportions semblent correspondre à l’incidence du diabète de type 2. Si les femmes d’origines africaines sont les plus touchés, les hommes d’origine africaine semblent beaucoup moins concernés. Une situation intrigante dans un pays historiquement communautariste. Outre les inégalités socio-économiques, plusieurs chercheurs suggèrent que les hommes d’ascendance ouest-africaine développent moins d’adiposité centrale.

 

A savoir ! L’adiposité correspond à l’accumulation de graisse au sein des tissus. On parle d’adiposité centrale lorsque les graisses se déposent au niveau abdominal. Mais cette accumulation de graisse a aussi lieu autour des organes internes. Il s’agit d’un facteur de risque important dans le développement de du diabète, de l’hypertension artérielle, des maladies cardiaques et métaboliques.

 

Lire aussi Le tiers des enfants en surpoids en Europe

 

A la recherche des gènes

 

Des études complémentaires montrent que le tour de taille et le ratio taille/hanche est inférieur chez les Américains ayant une forte ascendance d’Afrique de l’Ouest. Une particularité qui n’est pas retrouvée chez les femmes. Yann Klimentidis, professeur adjoint au Département d’épidémiologie et de biostatistique de l’Université de l’Arizona, suggère l’existence de gènes spécifiques offrant une protection contre la graisse abdominale. Ou à l’inverse, des gènes prédisposant à une plus grande adiposité chez les autres populations. Le professeur interroge : « Quel facteur culturel, socio-économique, ou autres pourrait expliquer l’absence de protection chez les femmes américaines d’origine africaine ? ».

 

David Allison, professeur de santé publique et directeur du Centre de recherche sur l’obésité nutrition à l’Université d’Alabama, rejoint l’avis de son confrère. Selon lui, le facteur génétique n’est pas étranger à cette différence de corpulence entre les femmes et les hommes.

 

Lire aussiDiabète : un test de glycémie sans anguille débarque en Europe

 

Hadrien V. Pharmacien

________________________________________

 

Source

West African genes lower the risk of obesity in men, suggests study. ScienceDaily. 01/06/2016

 

Genes against obesity and diabetes?

According to an American survey, the predisposition to obesity or overweight may differ by ethnicity. The study suggests that men who have inherited a genome from West African populations would benefit from protection against obesity and type 2 diabetes.

 

Only men

 

For years, obesity has reached epidemic levels in the United States. But large disparities exist between the continent of origin of individuals. Among American women, overweight or obesity preferentially reach people of African origin as Hispanic or European origin. But in men, the trend is reversed: Hispanic men are most affected by overweight and obesity, closely followed by men of European origin, with African Americans less affected.

 

These proportions seem to match the incidence of type 2 diabetes If women of African origin are most affected, men of African origin seem much less concerned. An intriguing situation in a historically communitarian country. In addition to socio-economic inequalities, several researchers suggest that men of West African ancestry develop less central adiposity.

 

To know! The adiposity is the accumulation of fat in the tissues. There is talk of central adiposity when the fat deposited in the abdomen. But this fat accumulation also occurs around internal organs. This is an important risk factor in the development of diabetes, hypertension, heart and metabolic diseases.

 

Also read—One third of overweight children in Europe

 

In search of genes

 

Further studies show that waist circumference and waist ratio/hip is lower among Americans with high Pedigree West Africa. A feature that is not found in women. Yann Klimentidis, assistant professor in the Department of Epidemiology and Biostatistics at the University of Arizona, suggests the existence of specific genes offers protection against abdominal fat. Or conversely, genes predisposing to greater adiposity in other populations. The teacher asks: “What cultural factors, socio-economic, or other may explain the lack of protection among American women of African origin? ”.

 

David Allison, professor of public health and director of the Research Center on Obesity Nutrition at the University of Alabama, joined the opinion of his colleague. According to him, the genetic factor is no stranger to this difference in body size between women and men.

 

Read also—Diabetes: a needle-free blood glucose test arrives in Europe

 

Hadrian V. Pharmacist

________________________________________

Source

 

West African genes lower the risk of obesity in men, Suggests study. ScienceDaily. 06/01/2016

 

SiteLock