andrepositif lève le voile sur la recherche et un sujet tabou chez l’homme.

Le diabète, la recherche et l'accompagnement.

Diabetes, Research and Support

Quoi de neuf en recherche!

La recherche

andrepositif lève le voile sur la recherche et un sujet tabou chez l’homme.

Normalement nous les diabétiques au point vues des sujets que je traite pour vous, nous sommes attentifs à tout ce qui se fait en matière de recherche sur le diabète, mais on n’est pas porté ou l’on oublie que notre système est affecté par le diabète et touche toutes les parties de notre corps.

 

Je veux vous parler d’un sujet qui touche plusieurs hommes d’un certain âge. Avec le vieillissement, le tissu de la prostate connaît une expansion et des changements, ce qui provoque un agrandissement de la glande (hypertrophie bénigne de la prostate ou HBP). L’homme de plus de 40 ans pourra constater certains symptômes associés à l’expansion de la prostate, sans comprendre ce qui justifie ces changements, ni savoir qu’ils peuvent être traités. La cause de l’HBP reste inconnue, même s’il est possible que des liens s’établissent avec le régime alimentaire à forte teneur en gras, les antécédents familiaux et les hormones. L’HBP ne correspond pas au cancer !

 

Certains hommes touchés par l’HBP ne constatent aucun symptôme. Toutefois, si l’expansion de la prostate comprime l’urètre (le conduit qui transporte l’urine de la vessie jusqu’à l’extérieur du corps),

 

Les symptômes suivants pourront être observés :

 

  • Miction plus fréquente (jour et nuit)
  • Incapacité de vider la vessie au complet
  • Faiblesse du flux d’urine
  • Incapacité de retarder la miction
  • Difficulté à interrompre et à débuter la miction
  • Incontinence (émission involontaire d’urine)
  • Miction douloureuse ou présence de sang dans l’urine

 

Quelles sont les conséquences sur le diabète, si l’on n’évacue pas complètement l’urine dans la vessie et que la vessie est trop pleine l’urine retourne dans vos reins et vous cause d’autres problèmes. Il est très important de protéger vos riens et vos reins sont très sollicité et mis à l’épreuve par un diabète mal contrôlé. Plus le diabète est mal contrôlé plus vous avez la chance d’avoir besoin de dialyse ou d’une greffe de reins.

 

Voici quelques conséquences :

 

De façon générale, l’HBP est un trouble relativement sans danger, et ce, même en présence de symptômes sévères. Des complications peuvent toutefois survenir et entraîner des problèmes secondaires potentiellement sérieux

 

•Cystite/Infections de la vessie/Infections urinaires. Si la vidange de la vessie est incomplète, l’urine résiduelle qui y demeure stagnante aura tendance à s’infecter. Alors que les hommes jeunes souffrent rarement d’infections urinaires ou de cystites, ce genre de problème n’est pas si inhabituel chez les hommes plus âgés et lorsque cela se produit, c’est habituellement le signe d’une HBP.

 

•Rétention aiguë d’urine. Cette condition peut se manifester dans le cas d’une HBP diagnostiquée antérieurement, ou même non diagnostiquée. Les principaux signes sont une diminution de la capacité ou une incapacité totale d’uriner, un inconfort accru de même que de l’enflure, de la sensibilité ou de la douleur au niveau de l’abdomen. La mise en place d’un cathéter dans la vessie permet alors d’obtenir un soulagement rapide.

 

•Rétention chronique d’urine. Certains hommes ignorent qu’ils ont un problème de prostate, et ce, malgré le fait qu’ils éprouvent de la difficulté à uriner. Avec le temps, l’urine s’accumule et la vessie se désensibilise. Cela fait en sorte qu’une quantité encore plus grande d’urine peut s’accumuler dans la vessie ; avec les mois et les années, le refoulement de l’urine dans les reins peut endommager d’importants organes du corps.

 

•Hernie. Les efforts prolongés et répétés au moment de la miction peuvent provoquer un affaiblissement à divers endroits de la paroi abdominale.

 

Actuellement pour améliorer le passage de l’urine dans l’urètre, une médication peut être prise pour faire désenfler la prostate, mais ça ne fonctionne pas pour tout le monde. Il y a qu’un seul moyen qui est connu pour remédier à ce problème c’est la chirurgie.

 

Le chirurgien à l’aide d’une caméra entre dans le pénis et va brûler la prostate autour du canal urinaire afin de le dégager pour permettre la l’urètre de reprendre sa place normale. Cette chirurgie demande aussi une hospitalisation de deux jours et une convalescence d’un mois sans forcer et sans avoir de relation sexuelle. De plus c’est très douloureux.

 

Pour les personnes qui désirent voir la procédure en temps réel de la chirurgie, je vous mets la vidéo que j’ai trouvée sur YouTube.

 

Vidéo d’animation de l’intervention d’implantation du dispositif Medi Tate

Vidéo de l’implantation du dispositif en temps réel, âme sensible s’abstenir :

 

Vidéo d’une intervention chirurgicale de l’opération pour brûler les parois de la prostate en temps réel, âme sensible s’abstenir :

 

Mais il va y avoir bientôt une nouvelle procédure pour traiter l’hypertrophie bénigne de la prostate ou HBP. J’ai été approché le 22 décembre 2016 pour participer à une recherche ici au Canada au CIUSSS de l’Estrie, Fleurimont (Centre de recherche au CHUS), car j’étais sur une liste de chirurgie conventionnel pour l’hypertrophie bénigne de la prostate ou HBP depuis le mois de novembre 2015.

 

Cette étude internationale, multicentrique, prospective, de Phase II, randomisée et contrôlée à l’aveugle pour évaluer l’efficacité et la sécurité du Dispositif Temporaire Implantable Nitinol (iTIND) DE Medi Tate chez les sujets souffrant d’hyperplasie prostatique bénigne symptomatique. Sous la direction de la chercheuse principale Le Dr Mai Tu, Urologue.

 

Cette étude prévoit recruter environ 190 hommes dans différents centres à travers le monde, dont tout au plus 20 patients du CHUS.

La participation à cette étude durera entre 12 et 18 mois, comprenant 7 visites au Centre de recherche et l’implantation du Dispositif Temporaire implantable Nitinol, ou un placébo. Ce dispositif sera implanté sur deux personnes sur trois.

 

Une fois que le médecin de l’étude aura confirmé votre admissibilité à l’étude et que vous aurez accepté d’y participer, vous serez affecté, à l’aide d’un programme informatisé, à l’un des groupes d’étude décrits ci-dessous :

 

•Groupe 1 (le « groupe du dispositif de l’étude ») : vous subirez l’intervention d’implantation de l’iTIND.

•Groupe 2 (le « groupe contrôle ») vous subirez une procédure au cours de laquelle le médecin de l’étude insérera un cathéter dans votre urètre pour simuler l’implantation du dispositif à l’étude.

 

Ni vous ni le médecin de l’étude ne pourrez choisir votre groupe.

 

J’ai participé à cette étude et selon le groupe que l’on m’a assigné sans savoir quel groupe, j’ai subi l’implantation d’un dispositif le 10 janvier 2017, aujourd’hui le 16 janvier 2017 on va me le retirer comme la procédure l’exige, l’implant aura séjourné de 5 à 7 jours en moi.

 

Si j’ai décidé de faire cette recherche c’est en premier lieu faire avancer la recherche pour trouver un alternatif à la chirurgie, car selon ce que j’ai lu, il y a beaucoup plus davantage à implanter ce dispositif temporaire le (iTIND) de Medi Tate, car l’emprunte faite par le dispositif dans la prostate serait permanent même si la prostate continue de grossir et que d’avoir la chirurgie conventionnelle qui consiste à brûler les parois de la prostate qui entoure l’urètre et suite à une conversation que j’ai eue avec mon beau-frère qui lui a fait la chirurgie conventionnelle et il doit la refaire cette procédure pour la quatrième fois, car la prostate continue de grossir en vieillissant.

 

Pour les personnes qui veulent voir à quoi ressemble le dispositif Medi Tate je vais mettre la fiche de leur site à la suite de cet exposé et aussi pour les plus curieux deux vidéos, une qui va vous montrez en temps réel la procédure de la chirurgie qui consiste à brûler les parois de la prostate, et l’implantation du dispositif temporaire implantable Nitinol (iTIND) de Medi Tate, ainsi qu’un résumé du formulaire d’information à la recherche du CHUS de Fleurimont.

 

Je ne peux pas vous dire quand le dispositif sera disponible implantable de Medi Tate pour une alternative à la chirurgie dans le monde, car il est seulement en deuxième phase au point vue de test pour validation par Santé Canada. Mais je crois que cette procédure fera son entrée sur le marché dans un temps assez rapprocher pour le bien de toutes les personnes qui ont ce problème de l’hypertrophie bénigne de la prostate ou HBP et pour nos diabétiques cela va nous offrir une possibilité d’améliorer notre condition sans la chirurgie conventionnelle.

 

NB : Je voudrais remercier, toute les infirmières qui sont à la recherche pour leur merveilleux travaillent et aussi le Dr Le Mai TU, Urologue en chef du programme pour excellant travaille. Je donnerai à la fin de l’étude un bref compte rendu à partir d’aujourd’hui jusqu’à la fin de ma participation à cette recherche.

 

Voici donc la fiche du fabricant ;

 

ITIND —Dispositif Implantable Nitinol Temporaire

 

Le iTIND (Temporaire Implantable Nitinol Device) est un procédé innovant, non chirurgical qui soulage les symptômes de l’HBP en créant de nouveaux canaux dans l’urètre prostatique par lequel l’urine peut circuler.

Le iTIND procure un soulagement immédiat et à long terme des symptômes, sans effets secondaires et sans le besoin de médicaments, la chirurgie ou un implant permanent.

Les avantages cliniques du iTIND sont remarquables :

 

•Exsangue reprofilage, la non chirurgical de la prostate

•Implant temporaire, retiré après seulement 5 jours

•Élimine le risque de dysfonctionnement sexuel

•Symptômes immédiats soulagement, retour immédiat à la vie quotidienne

•Simple, procédure simple — réalisée en quelques minutes

Le dispositif est déployé dans une procédure peu invasive très simple. Une insertion de iTIND prend seulement 5 minutes. Il n’y a pas de cathéters, pas de saignement et le patient est en mesure de retourner immédiatement à ses activités normales sans affecter son mode de vie.

Le iTIND reste 5 jours dans l’urètre et efface les tissus obstructifs en exerçant une pression de l’intérieur, ouvrant la voie urétrale et permettant l’amélioration de la miction immédiatement après la procédure. L’effet à long terme est atteint par le remodelage de la prostate. Des canaux longitudinaux sont formés le long de la prostate et détendre de façon permanente la surface de section transversale de l’urètre prostatique.

Des résultats optimaux sont normalement obtenus dans les 3 mois suivant la procédure.

5 jours après l’implantation, le dispositif est retiré en quelques minutes.

 

 

Indication

 

Le temporaire Implantable Nitino périphérique (iTIND) est indiqué chez les patients souffrant d’hyperplasie prostatique bénigne BPH. Il forme des canaux dans les cous longitudinaux dépassent de la vessie à l’aide d’ischémie ciblée et est donc une nouvelle solution pour les patients qui sont :

 

•Vous cherchez à préserver la fonction sexuelle

•Vous cherchez une alternative au traitement médicamenteux, ou pour lesquels un traitement médicamenteux est inefficace

•Vous cherchez une alternative à la chirurgie, ou qui ne peut pas subir une intervention chirurgicale

•Vous cherchez un retour immédiat aux activités normales

•En rétention aiguë

 

 

 

Avant le traitement iTIND

Après le traitement iTIND

 

 

Étape 1 : Insertion

 

Le iTIND est déployé à travers cystoscope rigide ou flexible à l’intérieur de l’urètre prostatique dans une configuration pliée. Une fois en place, les entretoises du iTIND dilatent et exercent une force radiale vers l’extérieur sur le col de la vessie et de l’urètre prostatique au niveau des positions 12, 5 et 7 heures.

 

Étape 3 : Expansé

 

Le dispositif a été spécialement conçu pour assurer un positionnement facile et précis, et d’éviter un traumatisme à canaux spermatiques et sphincters urétraux, éliminant ainsi le risque d’éjaculation rétrograde, la dysfonction érectile ou l’incontinence.

 

Étape 2 : Positionnement

 

Ce mécanisme pousse le tissu obstructif loin de la voie urinaire et crée de nouveaux canaux longitudinaux à travers laquelle l’urine peut circuler librement. Aucun cathéter n’est nécessaire et le patient peut retourner immédiatement à sa vie quotidienne.

 

Étape 4 : L’appareil est enlevé après 5 jours

 

Au jour postopératoire 5, le dispositif est complètement enlevé par un cathéter Foley ou un cystoscope. Aucun implant n’est laissé dans le corps. Aucun dommage à la fonction sexuelle. Aucune incontinence. Les nouveaux canaux formés continuent à fournir des secours pour les années à venir.

 

Voici le document du Centre de recherche du CHUS.

SiteLock