PSYCHOLOGIE ET DIABÈTE / PSYCHOLOGY AND DIABETES

Le diabète, la recherche et l'accompagnement.

Diabetes, Research and Support

PSYCHOLOGIE ET DIABÈTE

16/02/2016 | Classé dans: PSYCHOLOGIE | Publié par: DiabeteMag

 

Les personnes diabétiques sont très souvent sujettes à des troubles psychologiques liés à leur maladie. Angoisse, dépressions, fatigue nerveuse, stress… toutes ces conséquences sont essentiellement dues à la complexité de la maladie et de ses complications. Cela peut entraîner une légère baisse de moral, comme une grave dépression psychologique.

 

Le diabète se soigne mais ne guérit pas. C’est au quotidien que l’on vit avec la maladie, ses évolutions et ses risques de complications. Les informations données sont souvent alarmistes. Elles sont nécessaires pour faire prendre conscience aux malades de la gravité de cette maladie et surtout des risques de complications. Le diabète est présent tous les jours, dans tous les gestes du quotidien, avec les prises du taux de glycémie qui vous rappelle sans cesse à l’ordre et vous donne l’évolution de la maladie.

 

Le diabète est installé pour toujours

 

Voilà ce qui engendre des états dépressifs, le fait que l’on ne se débarrassera jamais de la maladie. «Je vis avec des hauts et des bas», est le slogan de tous les diabétiques.

 

Au moindre écart de nourriture, la sanction est immédiate. Autour de vous, tout est vie et joie de vivre… et vous, vous êtes seul à prendre soin du moindre écart. Cela joue sur le moral de tous les patients. Il faut accepter la maladie comme une compagne de route, gérer au mieux ses envies, devenir plus «fort» psychologiquement et vous dire que vous «tiendrez le coup» quoiqu’il se passe.

 

Votre combat est à mener dans plusieurs domaines

 

• Sur le plan moral, être «diabétique» vous rend malade !

• Vis à vis de l’entourage familiale et professionnel, vous ne devez pas vous sentir inférieur ou affaiblie par la maladie.

• Ne pas se laisser influencer par l’environnement en mettant la barre des objectifs trop haute. Vous n’êtes pas à une course avec des gagnants et des perdants.

• Chaque diabétique est différent, fixez vos propres objectifs avec votre médecin qui est et reste votre meilleur allié et confident. Faites-lui part de vos angoisses. Parlez-lui des difficultés à accepter cette maladie.

 

Faire le deuil de votre vie passée sans diabète

 

Très vite, quand vous atteindrez vos objectifs, vous accepterez et maîtriserez la maladie. Votre moral sera meilleur, et vous réapprendrez à apprécier les joies et les banalités de la vie. Vous ne serez plus frustré par les modifications alimentaires, vous découvrirez de nouvelles façons de manger, de bouger, de vivre votre quotidien.

 

Votre entourage doit partager et accepter votre nouvelle façon de vivre, avec des modifications significatives de votre alimentation, de votre horloge et chronologie alimentaire.

 

Dans une famille de diabétiques, si les habitudes alimentaires ont conduit un membre de la famille à être diabétique, il y a des chances que les enfants (qui ont les mêmes bases alimentaires) le soient un jour. Donc il est utile de leur expliquer le diabète, ses risques et ses complications. Les éduquer sur le plan nutritionnel est une bonne chose.

 

L’acceptation de la maladie

 

Après la première phase qui est la découverte et l’annonce de la maladie par le médecin, le patient subit un véritable choc, il ne comprend pas pourquoi lui? Alors que sa vie est identique à toutes les personnes qu’il fréquente… Pendant plus ou moins de longs mois, le patient refuse d’être Diabétique. Il prend ses comprimés… mais la maladie s’aggrave quand même. Il n’a pas conscience immédiatement que les comprimés ne sont pas une «autorisation» à continuer le même mode de vie.

Il est indispensable de changer complètement sa façon de vivre, de se nourrir… Dès la prise de conscience de ce qu’est exactement le diabète (Type2) Le moral chute considérablement, le patient pense que «le diabète lui pourri la vie»… et qu’il ne s’en remettra jamais.

 

Réapprendre et modifier sa façon de vivre.

 

Après avoir partagé ses réflexions et écouté d’autres diabétiques, chaque patient se met alors à modifier sa nourriture, se met ou remet au sport… et très vite le résultat est meilleur, la glycémie baisse, encore quelques efforts, plus d’écarts alimentaires… et les objectifs sont enfin atteints. Le patient retrouve alors un meilleur moral, et devient à son tour un élément d’informations pour d’autres diabétiques lors des réunions d’échanges et de partages dans le cadre d’associations d’aide aux diabétiques.

 

Fréquentez les associations de diabétiques

 

Le partage d’idées et de vécus aide à mieux comprendre et maitriser son diabète. N’hésitez pas à poser des questions, à intervenir dans les débats, à échanger avec d’autres diabétiques. Ces échanges permettent de mieux appréhender la maladie, de mieux la comprendre pour mieux y faire face. Prenez des notes, écoutez les conseils et les remarques de chacun… cela vous permettra également d’en parler avec votre médecin. Les échanges et explications sur la diététique du diabétique est importante. Elle vous permettra de modifier vos habitudes alimentaires.

 

Pourquoi le sport est nécessaire ?

 

Le fait de pratiquer régulièrement un ou plusieurs sports, permet de très vite retrouver «un meilleur moral» d’une part et éviter des risques de complications liés au diabète, tels que les maladies cardiovasculaires, réduction du taux de mauvais cholestérol dans le sang, insuffisance rénale, hypertension…etc.

 

Sur le plan physique, le sport aide au maintien de la densité musculaire, donne une meilleure circulation du sang et une oxygénation du corps. Tous les diabétiques qui pratiquent une activité sportive vous le confirmeront, le moral est nettement meilleur, et le taux de glycémie chute.

 

Le tabac et l’alcool de faux amis

 

Beaucoup de fumeurs considèrent que le tabac est nécessaire les jours où le moral est dans les chaussettes. Idem pour l’alcool, quand cela ne va pas, un «petit coup» à boire remonte le moral. Faux ! Archi faux ! Ce n’est qu’illusion. L’euphorie ne dure pas très longtemps, mais les dégâts eux perdurent. Le tabac aggrave les risques cardiovasculaires, infarctus, embolie, accident vasculaire cérébral (AVC), poumons obstrués… Quant à l’alcool, il augmente le taux de sucre dans le sang, favorise l’embonpoint et réduit les facultés de réflexion. Quand on est diabétique, il est impératif de ne plus fumer, et de limiter considérablement sa consommation d’alcool. Tabac et alcool ne font pas bon ménage avec les diabétiques.

 

Le diabétique est irascible

 

Quand le moral est à zéro, quand la maladie n’est pas réglée correctement, quand les maux du diabète sont trop présent, le sujet devient irascible, irritable facilement, grincheux et grognon. Tels sont les conséquences du diabète chez le patient vis à vis de son entourage. Il est alors urgent de régler son taux de sucre dans le sang par le suivi des prescriptions et règles du médecin et par le sport.

 

Ne plus retomber dans plans négatifs

 

De nombreux diabétiques, après avoir amélioré leur taux de glycémie… craquent et sont à nouveau déréglés. Il est important de suivre au quotidien une discipline alimentaire et sportive. Les risques de complications du diabète sont si importants sur le moyen et long terme, qu’il est très nécessaire de maintenir ses objectifs dé-fi-ni-ti-ve-ment et à vie. Si vous souhaitez vivre en meilleure santé malgré votre diabète. Le diabète ne se soigne peut être pas, mais il se gère. Il faut affronter l’adversité, ayez confiance en vous et en vos capacités à gérer définitivement votre diabète. Votre entourage familial, est un soutien moral et psychologique. Ayez confiance en lui. Les médecins qui vous soignent sont également là pour vous aider à maintenir vos objectifs.

 

En résumé, le diabète ne vous vaincra pas. Vous vivrez avec, mais en bonne santé en lui faisant régulièrement «un pied de nez», à chaque fois que votre glycémie sera bonne.

 

Christine Joncourt

PSYCHOLOGY AND DIABETES

02/16/2016 | Filed under: Psychology | Posted by: DiabeteMag

People with diabetes are often prone to psychological problems related to their disease. Anxiety, depression, nervous exhaustion, stress ... all these consequences are mainly due to the complexity of the disease and its complications. This can cause a slight decrease in morale as a serious psychological depression.

 

Diabetes can be treated but not cured. It's everyday that we live with the disease, its developments and risk of complications. The information provided is often alarmist. They are necessary to raise awareness among patients on the severity of the disease and especially the risk of complications. Diabetes is present every day in all daily actions, taken with blood sugar that reminds you constantly to order and gives you the evolution of the disease.

 

Diabetes is installed forever

 

This is what leads to depression, the fact that we never rid themselves of the disease. "I live with ups and downs," is the slogan of all diabetics.

 

At the slightest deviation of food, the penalty is immediate. Around you, everything is life and joy of life ... and you, only you take care of the slightest deviation. This affects the morale of all patients. We must accept the disease as a traveling companion, manage its desires, become "strong" psychologically and tell you that you "will hold the know" whatever happens.

 

Your fight is to lead in several areas

• On the moral level, be "diabetic" makes you sick!

• Overlooked of family and professional circle, you do not have to feel inferior or weakened by disease.

• Do not be influenced by the environment by putting the bar too high goals. You are not in a race with winners and losers.

• Every diabetic is different, set your own goals with your doctor is and remains your best ally and confidant. Let him know of your anguish. Talk to her difficulty accepting this disease.

 

Mourn your past life without diabetes

 

Soon, when you reach your goals, you will accept and will master the disease. Your morale will be better, and you réapprendrez to appreciate the joys and the banalities of life. You will not be frustrated by dietary changes, you will discover new ways of eating, to move, to live your life.

 

Your family must share and accept your new way of living, with significant changes in your diet, your clock and timing food.

In a family of diabetics, so eating habits have led a family member to be a diabetic, there are chances that children (who have the same food bases) are the one day. So it is useful to explain their diabetes, its risks and complications. educate nutritionally is a good thing.

 

The acceptance of the disease

 

After the first phase is the discovery and the announcement of the disease by the physician, the patient undergoes a shock, he does not understand why her? While his life is identical to all the people he frequents ... During more or less long months, the patient refuses to be diabetic. He takes her pills ... but the disease worsens anyway. He did not immediately realize that the tablets are not an "authorization" to continue the same lifestyle.

 

It is essential to completely change his way of living, to feed ... As awareness of what exactly diabetes (Type2) Morale drops considerably, the patient thinks that "diabetes rotten her life" and ... he will never recover.

 

Relearning and change its way of life.

 

After sharing her thoughts and listened to other diabetics, each patient begins to change his food, puts or calls the sport ... and very quickly a better result, blood sugar drops, a few efforts, more food gaps ... and the goals are finally achieved. The patient then found higher morale, and in turn becomes an element of information for other diabetics at meetings of exchange and sharing in the context of diabetes support associations.

 

Frequent diabetes associations

 

The sharing of ideas and experiences helps to better understand and master their diabetes. Feel free to ask questions, to intervene in debates, to exchange with other diabetics. These exchanges help to understand the disease better understanding to better cope. Take notes, listen to the advice and comments from everyone ... it will also allow you to talk with your doctor. Exchanges and explanations of diabetic diet is important. It will allow you to change your eating habits.

 

Why sport is necessary?

 

The fact of regularly practicing one or more sports, lets quickly find "higher morale" on one hand and avoid the risk of complications related to diabetes, such as cardiovascular diseases, reduction of bad cholesterol in the blood, renal failure, hypertension ... etc.

Physically, sport helps maintain muscle density, provides better blood circulation and oxygenation of the body. All diabetics who do sport will confirm, morale is much better, and blood sugar levels fall.

 

Tobacco and alcohol false friends

 

Many smokers believe that tobacco is required on days when the morale in the socks. Ditto for alcohol, when it will not, a "kick" to drink lifts spirits. Wrong! Archi false! This is illusion. The euphoria did not last very long, but the damage they endure. Tobacco increases cardiovascular risk, heart attack, embolism, stroke (stroke), clogged lungs ... As for alcohol, it increases the level of sugar in the blood, promotes overweight and reduces reflective faculties. When you have diabetes, it is imperative not to smoke, and greatly limit his alcohol consumption. Tobacco and alcohol do not mix well with diabetes.

 

The diabetic is irascible

 

When morale is zero, when the disease is not set correctly when the evils of diabetes are present too, the subject becomes irascible, irritable easily, grouchy and grumpy. Such are the consequences of diabetes in the patient screw screw around him. It is therefore urgent to regulate his blood sugar in the blood by tracking prescriptions and doctor's rules and through sport.

Do not fall back into negative planes

 

Many diabetics, having improved their blood sugar ... creak and are again disorderly. It is important to follow daily food and sport. The risk of diabetes complications are so important in the medium and long term, it is very necessary to maintain its objectives de-fi-ni-ti-ve-ment and life. If you want to live healthier lives despite your diabetes. Diabetes does not heal may be, but he manages. We must face adversity, believe in yourself and your abilities to definitely manage your diabetes. Your family environment is a moral and psychological support. Trust him. Physicians caring you are also there to help you maintain your goals.

 

In summary, diabetes does not defeat you. You will live with, but healthy by making him regularly "a snub" every time your blood sugar will be good.

 

Christine Joncourt

SiteLock