Oser bouger, chronique je rayonne vers le changement / Daring to move, Chronic I radiate towards change

Le diabète, la recherche et l'accompagnement.

Diabetes, Research and Support

Oser bouger ; Chronique : Je rayonne vers le changement.

5e Capsule: Je rayonne vers le chagement.

Voici le bilan de votre motivation en image!

Si vous voulez que l'on parle des outils de motivation que vous avez essayée... écrivez moi ou appelez-moi. Je vous aiderai à y voir plus clair!

 

6e Capsule: Je rayonne vers le changement

Parce que tous les moyens sont bons pour nous motiver à bouger! Hi! Hi!

7e Capsule: Je rayonne vers le changement

Petit partage supplémentaire en ce vendredi matin: reportage qui vous démontre que vous n'êtes pas seul à vivre avec l'obésité.

Vous ne savez plus par où commencer...

Vous n'êtes pas trop motiver à changer...

Appeler Oser bouger! Pour un accompagnement professionnel.

http://www.tvanouvelles.ca/…/surpoids-et-obesite-reduisent-…

 

Surpoids et obésité réduisent l'espérance de vie de 1 à 10 ans

Les personnes en surpoids perdent en moyenne un an d'espérance de vie.

TVANOUVELLES.CA

 

8e Capsule: Je rayonne vers le changement

Une étude d'envergure démontre que l'accessibilité au déplacement à pied (marche) est fortement corrélée avec un faible taux de prévalence du diabète et de l'obésité. Excellent résumé ici:

Capsule: Défi Oser bouger

15 min. d'activité physique. Peu importe l'intensité à laquelle tu le fais! L'important c'est de bouger!

Le plus accessible: la marche! Bon défi!

 

Moins de surpoids et de diabète dans les quartiers favorables à la marche.

 

Dans les quartiers les plus favorables aux piétons, le taux de surpoids et de diabète est moindre que dans les autres quartiers, conclut une vaste étude menée en Ontario.

 

Bien qu’elle n’établisse pas un lien de cause à effet, cette étude de grande envergure, publiée dans le prestigieux Journal of American Medicine (JAMA), établit une corrélation claire entre l’aménagement d’un quartier et la santé de ses habitants.

 

L’analyse des chercheurs révèle qu’entre 2001 et 2012, le taux d’obésité et de surpoids a nettement augmenté (de 53,5 % à 58,9 %) dans les quartiers où l’indice du « potentiel piétonnier » est faible et qu’il a peu augmenté (de 43,3 % à 45,3 %) dans les quartiers les mieux aménagés à ce chapitre.

 

En ce qui concerne le diabète, le nombre de nouveaux cas par année a diminué dans les quartiers où il est facile de marcher, tandis qu’il est demeuré stable dans les quartiers moins favorables aux piétons.

 

L’indice du potentiel piétonnier : de quoi s’agit-il ?

 

L'indice du potentiel piétonnier d’un quartier se mesure à partir de 4 éléments :

 

•La densité populationnelle, soit le nombre d’habitants par km2.

•La densité résidentielle, soit le nombre d’habitations résidentielles occupées par km2.

•Les destinations à 10 minutes ou moins de marche, comme les commerces de détail, les services (bibliothèques, banques, centres communautaires) et les écoles.

•La connectivité des rues, soit le nombre d’intersections ou au moins 3 rues convergent.

Un suivi sur 12 ans dans 15 municipalités ontariennes

 

Les auteurs de cette étude ont mesuré la progression de la prévalence du surpoids et l’obésité de 2001 à 2012 chez les habitants des agglomérations urbaines de London, Ottawa, Hamilton et Toronto, pour un total de 15 municipalités. Ils ont ensuite croisé ces données avec l’indice piétonnier des 8 777 quartiers résidentiels de ces villes et banlieues. Ils ont fait de même avec les données sur l’incidence du diabète.

 

Une étude de grande ampleur

 

La force de cette étude repose sur son ampleur et sur la durée de son analyse, soit de 2001 à 2012. Ainsi les données sur le surpoids et l’obésité sont tirées de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, soit 5 500 personnes par année pour la région concernée. Pour l’incidence du diabète, les auteurs ont utilisé des données administratives médicales portant sur près de 3 millions de personnes par année.

Les auteurs concluent que malgré une sensibilisation accrue de la population grâce à des campagnes de santé publique, la capacité des individus à passer à l’action pour bouger davantage dépend aussi de leur environnement.

 

Le pouvoir des municipalités

 

Le JAMA publie aussi un éditorial co-signé par Andrew G. Rundle, directeur du Built Environment and Health Research Group de la Columbia University et par Dr Steven B. Heymsfield, professeur à la Louisiana State University.

Pour ces deux experts, cette étude représente une contribution majeure à la recherche sur le lien entre l’environnement bâti et la santé. Ils insistent aussi sur le fait que les autorités locales détiennent le pouvoir d’agir sur l’environnement piétonnier des citoyens par l’intermédiaire des règlements de zonage et des décisions concernant l’utilisation des sols et le design des rues. Ils ajoutent que différentes organisations, par exemple le Design and Health Research Consortium, font la promotion d’aménagements favorables au transport actif et à l’activité physique.

 

CreatoreM et collab. Association of Neighborhood Walkability With Change in Overweight, Obesity, and Diabetes. JAMA. 2016;315(20):2211-2220.

 

Éditorial : Andrew G. Rundle, DrPH; Steven B. Heymsfield, MD. CanWalkable Urban Design Play a Role in Reducing the Incidence of Obesity-Related Conditions? JAMA, May 24/31, 2016 Volume 315, Number 20. Nous avons obtenu le texte complet de cet éditorial en communiquant avec M. Andrew G. Rundle.

 

Veille Action – 27 mai 2016

 

9e Capsule: Je rayonne vers le changement

Bilan du défi du mois: qui dans la famille a le plus marché?

10e Capsule: Je rayonne vers le changement

Petite pensée du jour.

5th capsule: I radiate towards change.

Here are the results of your motivation in pictures!

If you want that we speak motivational tools you have tried ... write me or call me. I will help you see more clearly!

6th Capsule: I radiate towards change

Because all means are good to motivate us to move! Hi! Hi!

7th Capsule: I radiate towards change

A major study shows that the accessibility of pedestrian travel (walking) is strongly correlated with a low prevalence of diabetes and obesity. Excellent summary here:

Fewer overweight and diabetes in favorable areas for walking.

 

In the most favorable to pedestrian areas, the rate of overweight and diabetes is lower than in other neighborhoods, concludes a large study conducted in Ontario.

Although it does not establish a causal link, this large study, published in the prestigious Journal of American Medicine (JAMA) establishes a clear correlation between the development of a neighborhood and the health of its inhabitants.

 

Analysis of researchers found that between 2001 and 2012, the rate of obesity and overweight has increased significantly (from 53.5% to 58.9%) in the neighborhoods where the index of "walkability" is low and has increased slightly (from 43.3% to 45.3%) in the better neighborhoods built in this area.

 

Regarding diabetes, the number of new cases per year decreased in areas where it is easy to walk while it remained stable in less favorable areas for pedestrians.

 

The index of walkability: What is it?

 

The index walkability of a neighborhood is measured from 4 elements:

 

• The population-density, or the number of inhabitants per km2.

• Residential density, the number of residential dwellings occupied by km2.

• The destinations to 10 minutes or less walking, such as retail, services (libraries, banks, community centers) and schools.

• The street connectivity, the number of intersections or at least three streets converge.

A follow-up of 12 years in 15 Ontario municipalities

 

The authors of this study measured the progression of the prevalence of overweight and obesity from 2001 to 2012 among residents of urban agglomerations of London, Ottawa, Hamilton and Toronto, for a total of 15 municipalities. They then crossed this data with pedestrian Index 8777 residential quarters of those cities and suburbs. They did the same with the data on the incidence of diabetes.

 

A major study

 

The strength of this study is based on its size and duration of its analysis, from 2001 to 2012. Thus the data on overweight and obesity were taken from the Health Survey Canadian Community or 5500 people per year to the region. For the incidence of diabetes, the authors used medical administrative data on nearly 3 million people a year.

The authors conclude that despite increased awareness through public health campaigns, the ability of individuals to take action to move more also depends on their environment.

 

The power of municipalities

 

JAMA also publishes an editorial co-authored by Andrew G. Rundle, director of the Built Environment and Health Research Group at Columbia University and Dr. Steven B. Heymsfield, a professor at Louisiana State University.

For these two experts, this study represents a major contribution to research on the link between the built environment and health. They also insist that local authorities have the power to act on the pedestrian environment of citizens through zoning regulations and decisions about land use and design of streets. They add that different organizations, such as the Design and Health Research Consortium, promote favorable facilities for active transportation and physical activity.

 

CreatoreM et al. Association of Neighborhood Walkability With Change in Overweight, Obesity, and Diabetes. JAMA. 2016; 315 (20): 2211-2220.

 

Editorial: Andrew G. Rundle, DrPH; Steven B. Heymsfield, MD. CanWalkable Urban Design Play a Role in Reducing the Incidence of Obesity-Related Conditions? JAMA, May 24/31, 2016 Volume 315, Number 20. We obtained the full text of this editorial by contacting Mr. Andrew G. Rundle.

 

Standby Action - May 27, 2016

8th Capsule: I radiate towards change

Result of the challenge of the month, which family member has walking the most?

9th capsule: I radiate towards change.

Capsule: Challenge of the month

15 min. physical activity. No matter how strongly you do! The important thing is to move!

The most accessible: walking! Good challenge!

SiteLock