Un robot qui aide les enfants diabétiques / A robot that helps diabetic children

Le diabète, la recherche et l'accompagnement.

Diabetes, Research and Support

Un robot qui aide les enfants diabétiques

 

 

Par Sciences et Avenir avec AFP

Voir tous ses articles

 

Publié le 11-07-2016 à 15h26

Aux Pays-Bas, un robot nommé Charlie apprend aux enfants atteints de diabète de type 1 à faire face à leur maladie et à éviter les erreurs de dosage, qui pourraient leur être fatales.

 

À sept ans, Ruben est déjà capable de mesurer son taux de glucose sanguin et de compter les glucides d'un verre de lait, tout cela grâce à son nouvel ami Charlie le robot. "Que dois-tu faire si tu te sens en hypo ?", l'interroge de sa voix aiguë et mécanique le petit robot rouge et blanc, lors d'une séance de jeu au sujet de l'hypoglycémie, état où le taux de sucre dans le sang est trop faible. Avec ce robot qui parle et danse, le garçon malicieux à la tignasse blonde, diagnostiqué diabétique il y a un an, apprend à calculer des données qui peuvent lui sauver la vie.

 

Un enfant malade et sa famille pensent au diabète toutes les 15 minutes

 

Fruit d'une collaboration unique entre des professionnels de la santé, des ingénieurs en robotique et des universitaires, entre les Pays-Bas, l'Italie, l'Allemagne et la Grande-Bretagne, Charlie pourrait bientôt devenir le coach de nombreux enfants atteints de diabète de type 1. Les Pays-Bas comptent environ 6.000 jeunes diabétiques et chaque année, au moins un enfant décède à cause de la maladie. "Un enfant malade et sa famille pensent au diabète toutes les dix ou quinze minutes", explique à l'AFP Gert Jan van der Burg, pédiatre à l'hôpital Gelderse Vallei à Ede, au centre des Pays-Bas. Car un goûter d'anniversaire, une virée au fast-food, une activité sportive, ou une simple partie de jeu vidéo peuvent rapidement faire s'envoler ou dégringoler le niveau de sucre dans le sang. Chez une personne souffrant de diabète de type 1, le pancréas ne parvient pas à produire l'insuline, essentielle à l'utilisation du glucose sanguin par l'organisme comme source d'énergie. Et la seule manière de contrôler la maladie est de prendre régulièrement de l'insuline, sous forme d'injections ou à l'aide d'une pompe. Les parents, mais aussi les enfants eux-mêmes, doivent donc décider, mesurer, calculer les injections d'insuline, le taux de sucre dans le sang ou encore la prise de glucides. Une erreur de dosage peut provoquer transpirations, vertiges et troubles du comportement, voire un coma. Jusqu'à présent, quarante enfants ont rencontré leur nouvel ami Charlie dans le cadre de la phase de test aux Pays-Bas, première étape d'un projet de quatre ans financé par l'Union européenne et lancé en mars 2015. Des tests sont également menés en Italie.

 

Charlie est gentil, il me pose des questions sur moi"

 

Conçu pour des enfants âgés de 7 à 14 ans, le robot aux yeux en forme de billes et aux haut-parleurs en guise d'oreilles leur demande de répondre "vrai ou faux" aux questions posées par l'intermédiaire d'une tablette. Les créateurs de Charlie veulent ainsi "développer une nouvelle sorte de personnage qui aide les enfants à faire face à la maladie, leur apprend ce qu'est le diabète ainsi que les effets du sport et de la nourriture", explique à l'AFP Mark Neerincx, chercheur scientifique à l'université technique de Delft.

 

Intitulé "Assistant personnel pour un mode de vie sain", ce projet de quatre millions d'euros est développé par l'Organisation néerlandaise pour la recherche en sciences appliquées (TNO) et ses équivalents italien et allemand FCSR et DFKI, ainsi que l'université de Delft et l'Imperial College de Londres. Face à ce "lourd fardeau" qu'est la maladie, les enfants conscients d'être différents peuvent exprimer leurs sentiments et raconter leurs expériences au robot à la bouille sympathique, qui construit un profil pour chacun de ses petits patients et apprend ainsi à les connaître. "Charlie est gentil, il me pose des questions sur moi", sourit Sofiye Boyuksimsek, 10 ans, diagnostiquée voici deux ans.

 

Toujours en phase de test, l'ami des enfants doit encore apprendre à mieux évaluer leurs besoins et ceux de leurs parents et transformer ses interactions en véritables conversations. "Ce n'est pas seulement que les enfants veulent apprendre davantage sur le diabète, mais plutôt qu'à leurs yeux, une petite discussion avec le robot à quelque chose de très précieux", souligne Olivier Blanson Henekemans, chercheur auprès du TNO.

 

A robot that helps diabetic children

By Sciences et Avenir with AFP

Other Articles

 

Posted on 11-07-2016 at 3:26 p.m.

In the Netherlands, a robot named Charlie teaches children with type 1 diabetes to cope with their disease and avoid dosing errors that could be fatal.

At seven Ruben is already able to measure their blood glucose levels and count carbohydrates with a glass of milk, all thanks to his new friend Charlie the robot. "What do you do if you feel hypo?", Questions of its acute and mechanical voice the little red and white robot during a game session about hypoglycemia state where the rate of blood sugar is too low. With this robot speaking and dancing, mischievous boy in the blonde wig, diagnosed with diabetes a year ago, learns to calculate data that can save her life.

 

A sick child and his family feel to diabetes every 15 minutes

 

Result of a unique collaboration between healthcare professionals, robotics engineers and academics, between the Netherlands, Italy, Germany and Britain, Charlie could soon become the coach of many children with type 1 diabetes Netherlands has about 6,000 young diabetics and every year at least one child died because of the disease. "A sick child and his family think of diabetes every ten or fifteen minutes," told AFP Gert Jan van der Burg, a pediatrician at the hospital Gelderse Vallei in Ede, the Netherlands Centre. For a birthday party, a trip to fast food, a sport, or a simple video game play can quickly soar or tumble the sugar level in the blood. In a person with type 1 diabetes, the pancreas fails to produce insulin, which is essential to the use of blood glucose by the body for energy. And the only way to control the disease is to take regular insulin, by injection or using a pump. Parents, but also children themselves, must therefore decide, measure, calculate insulin injections, sugar levels in the blood or carbohydrate intake. A dosing error can cause sweating, dizziness and behavioral disorders, even coma. So far, forty children met their new friend Charlie as part of the testing phase in the Netherlands, the first step of a four-year project funded by the European Union and launched in March 2015. Tests are also conducted in Italy.

 

Charlie is nice, he asks me questions about me "

 

Designed for children aged 7 to 14 years, the robot eyes in the form of beads and speakers for ears asked to answer "true or false" questions posed via a tablet. Charlie's creators want and "develop a new kind of character that helps children cope with the illness, teaches them about diabetes and the effects of sport and food," told AFP Mark Neerincx, a research scientist at the technical University of Delft.

 

Entitled "Personal Assistant for a healthy lifestyle", the project of four million euros is developed by the Netherlands Organisation for Research in Applied Science (TNO) and its Italian and German equivalents FCSR and DFKI, and the Delft University and Imperial College London. Faced with this "heavy burden" what disease, children aware of being different can express their feelings and tell their stories to the robot to the friendly face, which builds a profile for each of her patients and thus learns to know. "Charlie is nice, he asks me questions about me," smiled Sofiye Boyuksimsek, 10, diagnosed two years ago.

 

Still in the testing phase, the friend of children must still learn to better assess their needs and those of their parents and transform its interactions in real conversations. "It's not only the kids want to learn more about diabetes, but in their eyes, a little chat with the robot to something very precious," said Olivier Blanson Henekemans, a researcher with the NWT.

SiteLock